Nous naviguons en famille depuis 1980:

 

Nous (Anik et Jean-Baptiste) avons commencé la voile adolescents, sans se connaître, chacun en dériveur sur le bord d'une plage de vacances. Puis ce sont les débuts des aventures marines ensemble en réalisant de petites navigations en club ou sur des voiliers de locations avec des amis. Mais ce n'est qu'à partir de 1980 (l'année de naissance de notre fils et l'année de la mise à l'eau de notre premier Banik) que nous avons réellement commencé à naviguer en famille.

Voici quelques dates, parcours, et les temps que nous avons mis...
Vous trouverez ensuite une description un peu plus détaillée de notre  voyage de 1995 -1997 qui a inspiré la création du site Internet de Banik puis une description du tour du monde qui a commencé en juillet 2004 jusque septembre 2015 et qui permet encore de continuer à enrichir ce site car ce ne sont pas les souvenirs qui manquent ...

 

Historique et principales traversées, durées et distances:

De début1977 à mi 1980: Après une rencontre avec Patrick Van God, construction du premier Banik qui est un Trismus en sandwich balsa polyester.
 

Juillet à décembre 1980, (sans moteur et en navigant au sextant) :  Dunkerque => Gibraltar : 13 jours. Gibraltar => Bandol : 9 jours.
Navigations en Corse, île d'Elbe, cote d'Azur puis retour hivernal par étapes jusque Dunkerque en novembre et décembre. Beau galop d'essai de 2700 milles sans problème pour notre Trismus.
 

1982 -1983  (avec moteur mais toujours au sextant):  Dunkerque => Méditerranée, balade en Corse, Sardaigne, Sicile, côte italienne... Le voyage s'arrête le 3 septembre 1983 au large de la Corse. Banik démâte, le mat perfore la coque, le voilier coule emportant nos rêves de voyages.
 

De 1985 à 1990 : Construction du deuxième Banik, en acier cette fois. L'esprit qui nous guide est de faire un bateau "tour du monde" à l'abri d'un maximum de soucis.
 

1990 : Nouveau départ : On largue tout pour plus de deux ans. Départ de Lille (59) pour la Méditerranée par les canaux. Le nouveau Banik est en acier mais il n'est pas achevé. Mise en place du gréement à Palavas les Flots. Rodage vers la Corse puis Baléares, Gibraltar, Tanger...
 

Février 1991: Canaries => Cap Vert: 8 jours

Mars 1991:  Cap Vert => Grenade aux Antilles : 17 jours

Mai 1992 (apparition du GPS à bord) :  Floride => Bermudes:  8 jours. Et rencontre avec une trombe dans le fameux triangle.

Juin 1992:  Bermudes => Açores:  18 jours

Juillet 1992:  Açores => Dunkerque:  14 jours

Novembre 1995 :  Nouveau départ de Lille (59 France). Voir les détails du voyage de 95 à 97 plus bas)
 

Février 1996:  Canaries  (Tenerife) => Martinique: 26 jours et 18 heures... 2610 milles en direct, 2760 milles parcourus.
Banik est très régulier sur les longues distances...
Lourdement chargé, il n'était cependant  pas très rapide: 4.8 nœuds de moyenne.. Ça ne fait rien on se sent bien au grand large..
 

Mai 1997: Bimini (aux Bahamas) => Açores:   25 jours et 18 heures... 2710 milles en direct, 2800 milles parcourus... pendant ce trajet nous avons péché plus de 55 kilos de filets de thon ce qui représente 90 parts de repas mis en conserve... La cocotte est restée souvent en pression...
 

Avril 2005 : Canaries (Gomera) => Martinique 19 jours et 13 heures : 2781 milles parcourus.
On s'est équipé d'un régulateur d'allure. Il a barré durant une bonne partie de la transat et nous avons pu mettre plus de toile qu'avec le petit pilote électrique. Résultat : Une moyenne de presque six nœuds. Nous avons mis en conserve 130 parts de repas de poisson. Dorade, Tasar, Marlin.
 

Juin 2006 :  De Panama à l'archipel des Galápagos. 12 jours pour parcourir 1198 milles sur le fond alors que la distance entre Panama city et les îles est de 880 milles. Navigation désagréable sans vent au début puis au bon plein avec un vent soutenu dans le nez accompagné d'un courant contraire aussi . Heureusement le dernier jour le vent à adonné nous permettant de rejoindre une des îles de l'archipel et de reprendre des forces.
 

Juillet 2006 : Des Galápagos aux Gambier en Polynésie française. 23 jours et 15 heures pour parcourir 3025 milles sur le fond  (à 5,4 nœuds de moyenne) . La ligne droite est de 2930 milles, 100 milles de moins, ça montre bien que nous ne nous sommes quasiment pas écarté de la route appuyé sur le travers par un alizé de SE très constant.
 

Septembre 2006 : Des Gambier aux Marquises (Fatu Hiva). 811 milles parcourus sur le fond en 7 jours et 6 heures. Belle navigation quasiment tout le temps avec un petit vent de travers.
 

Novembre 2006 : Des Marquises (Nuku Hiva) à Tahiti : 9 jours et 14 heures (sans compter l'escale à Apataki aux Tuamotu) pour parcourir 807 milles sur le fond. C'est très lent, il n'y avait pratiquement pas de vent avec un record de 61 milles en surface en 24 heures.
 

Aout 2008 : De Mopelia en Polynésie Française à Palmerston aux îles Cook. 552 milles parcouru en 3 jours et 22 heures. Le nouveau pilote hydraulique permet de maintenir la toile plus longtemps et ça se sent dans la moyenne : 5,9 nœuds avec un départ assez lent par manque de vent.
 

Aout 2008:  De Palmerston à Niue (petit état indépendant avant les Tonga): 400 milles en 3 jours et 8 heures. Ca fait 5 nœuds de moyenne.
 

Septembre 2008 : De Niue à Wallis (ile française près de Futuna) 533 milles en 4 jours et 20 heures. La moyenne est descendue à 4,6 nœuds mais on s'est ralenti beaucoup les dernières 24 heures pour arriver devant la passe au petit matin à mi marée montante.
 

Septembre 2008 : de Wallis à Nouméa en Nouvelle Calédonie : 1100 milles en 8 jours et 22 heures ( sans compter le petit stop à l'île Rara au Fiji). Moyenne 5,1 nœuds.
 

Juin 2010: De l'île de Santo au Vanuatu à Darwin en Australie: 2330 milles non stop en 17 jours et 20 heures en passant par le détroit de Torres pas très accueillant ce jour là, comme souvent. Soit une belle moyenne de 5,4 nœuds sur un long parcours assez technique.
 

D'Aout 2010 à Juillet 2013: nombreuses petites navigations en Indonésie, Malaisie et Thaïlande par de courtes étapes généralement sans vent.
 

Aout 2013: de L'ile de Aur (Malaisie au NE de Singapour) à Miri au Nord de l'énorme île de Bornéo. 635 milles en 6 jours et demi à une moyenne de 4 nœuds. La fin du parcours sans vent. De là on rejoindra l'état de Brunei.
 

De Novembre 2013 à février 2014: Traversée de l'archipel des Philippines Iles de Palawan, Busuanga, Mindoro, Romblon, Masbate, Malapascua, Cebu, Mindanao...en petites escales...
 

Mars - Avril 2014 De Mindanao (Philippines)  à Bitung (Nord Sulawesi, Indonésie) 550 milles à une moyenne de 6,3  noeuds. Nous avions un courant portant d'environ 1 noeud. puis petites étapes souvent au moteur jusque Bali.
 

Mai 2014: De Bali (Indonésie  à  Coco's Keeling (Australie) 1137 milles en 8 jours et demi à la moyenne de 5,5 noeuds.

Juin 2014: De Coco's Keeling à Rodrigues (rattachée à l'île Maurice)  2036 milles  en 13 jours et 16 heures soit une moyenne de 6,2 nœuds. C'est une des traversées les plus rapides de Banik mais aussi une des plus remuantes...
 

Novembre 2014: De l'île de la Réunion à Durban en Afrique du Sud. 1541 milles en  en 13 jours. Si on compare avec la navigation précédente ca n'a pas été très rapide. En effet nous avons eu une période sans vent et, plus tard,  une douzaine d'heure à la cape  en attendant que le vent mollisse un peu et tourne dans le bon sens.
 

Février mars 2015: De Capetown à Sainte Hélène en 13 jours et 9 heures pour parcourir 1750 milles à 5,5 noeuds de moyenne.  C'est la vitesse normale de Banik avec la tonne en trop qu'il porte dans ses soutes.
 

Avril 2015: 33 jours et 9 heures, c'est le plus long temps en mer pour moi. 3907 milles de Sainte Hélène à la Martinique avec la traversée du pot au noirs (il est plus correct de dire la zone intertropicale de convergence) qui nous a bien ralentis.
 

Juillet 2015: De saint Martin (Antilles françaises) à Faial (Archipel des Acores): Nous avons parcourus 2723 milles alors que la route directe est de 2180 milles avec beaucoup de temps calmes: 4,1 nœuds de moyenne.
 

Aout 2015: Des Acores à Calais (d'inch Nord deul Franss) 14 jours et 15 heures pour les derniers 1626 milles qui nous font boucler notre tour du monde.

 

 

 

Navigation en Indonésie où l'on rencontre de jolies balinaises

 

Un peu plus de détails du voyage de 1995 -1997:

Le voyage 1995 - 1997 a commencé dans le Nord de la France, à Lille sur le canal. Comme l'hiver approchait et que nous n'avions pas le courage d'affronter les vents froids d'Ouest pour sortir de la mer du Nord et de la Manche, nous sommes descendus par les canaux jusque Marseille. La Méditerranée, même en hiver, c'est déjà du dépaysement pour nous, les ch'tis.

Les Baléares, Gibraltar, le Maroc, les Canaries ... Ouf il commence à faire bon, Ça sent les alizés. Au cours des escales on retrouve des voiliers connus, les amitiés se nouent très facilement comme toujours. A peine redescendus du sommet du Teide (sur l'île de Tenerife 3700 m) nous nous lançons pour notre troisième traversée de l'Atlantique. 

Les Antilles, les Grenadines, Trinidad, les îles au large du Venezuela, Curaçao: autant de sauts de puces, autant de mouillages de rêves jusque Cartagena en Colombie, la plus belle ville coloniale des Caraïbes.
Que de rencontres... Les pécheurs du Honduras, les éleveurs du Petén au Guatemala, les voyageurs qui nous accompagnent au Belize...       

Cuba est fidèle à l'image que nous nous en faisions: Des fonctionnaires tatillons qui nous mettent 7 jours en quarantaine, mais aussi des gens cultivés et sympathiques une fois la paperasse en règle...

Dernières baignades dans les plus belles eaux que nous connaissions à ce moment là, aux Bahamas avant le grand saut du retour avec une escale obligatoire à Horta aux Acores: Le point de rencontre de tous les navigateurs transatlantiques.

Nous racontons ces deux ans de croisière dans notre livre "Car la mer est notre jardin" enregistré sur le CD de Banik
Comment se procurer le CD rom de Banik

La carte du parcours de ce voyage 1995 - 1997

 

 

Un peu plus de détails sur le tour du monde commencé en juillet 2004 et terminé le 27 aout 2015:

Nous sommes repartis de Dunkerque en 2004. Le premier objectif est de sortir de la Mer du Nord, de la Manche et de passer le Golfe de Gascogne.
Nous avons commencé les découvertes en pénétrant beaucoup de baies et de rias en Galice au NW de l'Espagne. Nous avions chaque fois shunter cette magnifique région.
Madère est une autre découverte pour nous car nous étions aussi passés sans nous arrêter aux deux précédents voyages. 
2005: Les Canaries et la traversée vers les Antilles que nous retrouvons avec beaucoup de plaisir ainsi que, plus loin, la superbe ville de Cartagena en Colombie.
Nous avons fait un petit break de deux mois et demi pour aller crapahuter, sac à dos, au Pérou, en Bolivie et un tout petit bout de Chili. C'est bon d'aller se dégourdir les jambes. C'est aussi ça le voyage en bateau.

Notre navigation nous amène à Panama en avril 2006 et nous allons tracer pour la première fois un long sillage dans le Pacifique...
Les îles mythiques des Galápagos riches d'une flore et d'une faune unique au monde.
Les Gambier archipel perdu dans l'immensité de l'océan où nous avons découvert les plus belles perles noires et participé à une récolte.
Les Marquises qui sont les plus attachantes des îles polynésiennes, on a envie de tout connaître de l'histoire et des coutumes de ses habitants, descendants des guerriers maoris. On a même failli se faire tatouer.
Tahiti, Moorea et les îles sous le vent : Huahine, Tahaa, Raïatea, Bora Bora, Maupiti... Tous ces noms évoquent des destinations de rêves.

Mi 2007 - mi 2008: Nous arrêtons le voyage durant un an pour vivre une aventure d'un tout autre genre. C'est ce que nous avons appelé notre "aventure santé" qui se concrétise bien, fort heureusement.
Jean- Baptiste retourne sur Banik et reprend sa route en aout 2008, cap à l'Ouest pour rejoindre la Nouvelle Calédonie avec quelques escales hors des sentiers battus: Mopélia, Palmerston, Niue, Wallis.

Octobre 2008 et toute l'année 2009 . Anik retrouve Banik et son capitaine pour un an d'exploration autour de la Nouvelle Calédonie.

Mai 2010: Nous remontons tout l'archipel des iles Vanuatu. Super souvenirs, grosses émotions au sommet du volcan Yasur, mais surtout de très bons moments grâce aux rencontres que nous avons faites sur toutes les iles. Les ni-vans sont des gens particulièrement attachants. Notre seul regret est d'y être passé trop vite. Le Vanuatu est un pays à part.
Juin 2010: Nous rejoignons ensuite directement Darwin en Australie. Escale importante pour refaire des vivres à l'occidental même si c'est très anglo-saxon... C'est là aussi que nous réglons la partie administrative qui nous permettra de partir vers l'Indonésie. Nous obtenons un permis de navigation de 3 mois (avec le rallye sailindonesia) et nous l'utiliserons jusqu'au bout.
De aout à novembre 2010: Les temps forts de notre passage en Indonésie sont un très beau trek jusqu'au sommet du volcan Rinjani sur l'île de Lombok, notre chasse photographique des dragons de Komodo sur l'île de Rinca, la grâce et les visages figés comme des poupées des danseuses balinaises, la force tranquille des orang outang en liberté dans la foret de Bornéo...
Novembre 2010, après l'Indonésie et une brève incursion à Singapour, nous remontons toute la cote W de la Malaisie en profitant de l'intersaison entre les deux moussons. A part pour la ville de Malacca qui a donné son nom au fameux détroit, nous faisons plus du convoyage que du tourisme car c'est en Thaïlande que nos enfants viennent nous rejoindre pour passer les fêtes en famille. Nous ne pouvons pas manquer le rendez vous.


Année 2011, Banik est mis en chantier pour une grosse cure de jouvence à Langkawi, ile du Nord de la cote Ouest de Malaisie. ... C'est la révision générale des 20 ans.

En 2012, Nous naviguons en Thaïlande et en Malaisie. Nous effectuons aussi un retour de quelques mois en France. Ca fait du bien de se replonger dans ses racines, la famille, les amis.

Nous sommes retournés plusieurs fois en Thaïlande dans la région de Phuket et nous avons aimé les centaines de mouillages entre les îles de la baie de Phang Nga.

En 2013 il était prévu de traverser l'océan indien pour rallier la Réunion et ensuite le Cap de Bonne Espérance. Nous avons du mal à lever l'ancre vers une destination qui commence à sentir la fin de notre tour du monde. Après le Cap nous serions de nouveau en Atlantique. Nous décidons alors de retourner un peu vers l'Est avec comme point  de mire les Philippines que nous ne connaissons pas.   

En 2014, après les Philippines, nous reprenons la route SW, Nous retrouvons d'abord l'Indonésie en arrivant à Bitung, au Nord de la grande île de Sulawesi. Les formalités d'entrée dans le pays sont si fastidieuses que cela nous fait perdre du temps (une semaine), et nous gâche le reste de la navigation sans vent dans ce pays. Nous retrouvons avec plaisir Bali d'où nous partons pour la traversée de l'océan Indien.

La traversée est fatigante car l'océan est confus, avec constamment des houles croisées. Mais dans l'ensemble il a été clément avec nous. Nous avons apprécié les escales à Cocos keeling dans un beau lagon bleu turquoise et à Rodrigues où les habitants sont si sympathiques.

Rodrigues appartient à l'île Maurice où nous ferons escale durant un mois sur la route vers l'île française de la Réunion.

3 mois à la Réunion c'est un minimum pour qui aime la randonnée, les volcans, les gens sympathiques... C'est de là que nous préparons l'étape vers l'Afrique du Sud, navigation qui pourrait être une des plus difficiles du tour du monde. En fait, ça a été beaucoup plus tranquille que je ne le craignais.

Banik est arrivé arrivé à  Simonstown (près de Capetown) le 31 décembre tout juste pour le feu d'artifice.

Mi février 2015: Nouveau départ avec la traversée de l'Atlantique Sud en diagonale. Nous quittons les eaux refroidies par les courants provenant directement de l'Antarctique en direction des eaux tropicale des Antilles. Nous sentons chaque jour la température se réchauffer. Nous partons avec 3 polaires sous la veste de quart pour arriver à poil sous la lune...
Après 2 mois super qui nous feront toujours regretter de ne plus y être, nouvelle traversée de l'Atlantique pour rejoindre le Nord de la France avec une escale aux Acores.

Le tour du monde est fini.

 

Découvrez les nombreuses anecdotes du voyage avec beaucoup de photos inédites par rapport au site, ainsi que les détails maritimes de notre aventure autour du monde ...
dans les cahiers de voyages de Banik.


Le lagon de Bora Bora et le sommet du mont Otemanu (727 m.) dans les nuages

 

Retour sur www.banik.org